Ecomusée Regional Du Centre

ecomusee regional du centreL’Ecomusée régional du Centre a pris ses quartiers sur un ancien site de la Société des Charbonnages du Bois-du-Luc. Cette dernière a traversé près de 300 ans d’activité. C’est l’une des sociétés les plus anciennes et prestigieuses de Wallonie. De cette longévité, on retiendra son paternalisme qui fusionne les lieux de vie aux lieux de travail.

Aux bâtiments industriels et administratifs répondent les corons, l’hôpital, les écoles, l’hospice, l’église, la salle des fêtes, le parc. Tant d’oeuvres qui en font un modèle de société unique en Europe. Au coeur des corons, une maison vous restitue l’ambiance et les conditions de vie de nos aïeux.

Partagez le quotidien d’un mineur aux prémisses du 20e siècle; accompagnez-le dans son labeur au jour le jour; captez les avancées techniques et sociales qui intensifient ou perturbent le dialogue de l’homme avec la machine et traversez ce carrefour qui rassemble les hommes et des femmes venus d’ici et d’ailleurs…

Blegny-Mine, le Bois du Cazier, Bois-du-Luc et le Grand-Hornu, quatre sites miniers majeurs de Wallonie inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO lors de la 36e Session organisée à Saint-Pétersbourg en juillet 2012.

Avec ce Carnet du Patrimoine, vous découvrirez ces sites sous un angle différent. Des conditions de travail à l’habitat, de la genèse de l’aventure charbonnière aux relations de pouvoirs, des luttes sociales aux avancées technologiques, des parcours migratoires des travailleurs aux brassages culturels engendrés par la mine… l’approche permet de mesurer la valeur exceptionnelle de ces quatre sites qui forment un microcosme unique et cohérent.

Ces sites condensent tous les aspects du patrimoine minier, technique et social. Ils se complètent réciproquement : Blegny-Mine et le Bois du Cazier éclairent davantage la dimension  » travail et travailleurs  » au travers notamment des conditions de travail, de l’évolution technologique et de l’immigration. Le Grand-Hornu et Bois-du-Luc illustrent essentiellement les relations patron/ouvrier tantôt harmonieuses tantôt ébranlées par les révoltes ouvrières qui se lisent concrètement à travers l’architecture et la planification spatiale de l’habitat.

Si les quatre sites sont complémentaires les uns par rapport aux autres, ils le sont aussi à l’échelle internationale.

Les sites miniers majeurs de Wallonie viennent enrichir le maillage des complexes, patrimoniaux et paysagers, les plus exceptionnels de l’ère industrielle (Zollverein, New Lanark, Blaenavon, Salines royales d’Arc-et-Senans, etc.). Que ce Carnet du Patrimoine vous permette de redécouvrir la valeur universelle du microcosme formé par les quatre sites miniers.

En vente au prix de 6 €, dans les boutiques des 4 sites miniers et également à la boutique de l’Institut du Patrimoine wallon.